Réseaux sociaux
Suivez nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook

Nous contacter


Si vous appréciez ce site, faites-le savoir !

Evic de Joyetech : le test

C’est une des innovations apportées par ce premier Mod de Joyetech. Une connectivité USB permet d’effectuer des mises à jour du firmware de la tête de contrôle de l’Evic. C’est donc dans sa version 1.1 que ce Mod a été testé. 

 

Comme à l’accoutumée avec Joyetech depuis l’eCab, l’eVic est livré dans un petit coffret soigneusement conditionné. Il contient le Mod bien sur, constitué d’un tube porte batterie (au format 18650) et d’une tête de contrôle équipée d’un large écran. Viennent ensuite un cable USB qui sert à la fois à recharger le Mod mais aussi aux échanges entre l’eVic ert votre PC/Iphone/Ipad…, un adaptateur secteur et un accu 18650 d’une capacité de 2600 mAh. Deux notices complètent le coffret, une pour le Mod avec une version française risible (une traduction automatisée du même acabit que celle de l’eCab et de l’eRoll) et une pour le logiciel MVR qui sert à gérer votre eVic depuis votre PC/Iphone/Ipad…

Premières impressions

Lors de la première prise en main de l’eVic, on est étonné (voir un peu inquiet) par sa légèreté. Une impression due aux matériaux de fabrication de ce Mod, probablement de l’aluminium, qui ne préjuge pas de la solidité de l’eVic. D’une taille moyenne, il se situe entre le célèbre Provari et le non moins célèbre Lavatube, pour un diamètre très légèrement supérieur. Les filletages du tube porte-batteries grincent un peu mais s’ajustent parfaitement lorsqu’on assemble le mod. Il est à noter que le cap supérieur se dévisse, ce qui est très judicieux pour effectuer facilement des opérations d’entretien, comme essuyer les éventuels débordements de liquide.

A la base de la tête de contrôle se trouve une bague qui remplace les boutons + et – que l’on trouve habituellement sur un Mod. Cette bague, une nouveauté dans le monde des Mods, est à l’origine d’un léger cliquetis que produit l’eVic quand on le manipule. Sur les cotés de la tête de contrôle se trouvent le switch, de forme allongé et qui affleure la surface, ainsi que l’emplacement du port USB, protégé par un bouchon en plastique comme ceux que l’on peut trouver sur certains téléphones portables et qui est à manipuler avec précautions car notoirement fragile. Le pas de vis et son cap sont bien étudiés et accueillent indifféremment tous les consommables au format 510 et eGo, à l’exception du Kanger T3. Quatre encoches dans le cap assurent la circulation de l’air si on utilise l’eVic avec des Vivi Nova ou des tanks de grande capacité.

Mise en service de l’eVic

Une fois l’accu inséré dans le tube et ce dernier visé dans la tête de contrôle, il faut appuyer 5 fois sur le switch pour allumer l’eVic. Un premier menu s’affiche, positionné par défaut sur « power on », une pression sur le switch pour activer le Mod. L’écran, large et bien lisible, affiche dans l’ordre la marque : Joyetech, la date et l’heure, détecte l’éventuel consommable visé sur le Mod et indique sa résistance, suggère en conséquence une puissance recommandée (largement sous-estimée), puis affiche l’écran principal. Ce dernier indique en permanence le voltage (ou la puissance en watts) utilisé , le niveau de charge de la batterie, ainsi que le totalisateur de bouffées et le nombre estimé de bouffées restantes. Cinq pressions rapides sur le switch permettent de revenir dans le menu.

Le premier réglage à effectuer avant toute chose : le mode sommeil. Descendez dans le menu en tournant la bague plusieurs fois à droite jusqu’à « Standby », puis validez en pressant une fois sur le switch. Dans le sous menu, sélectionnez  »system », puis sélectionnez une valeur élevée,  dans l’idéal 60 mn. Sans cela et à moins de vapoter de façon continue et intensive, vous risquez de devoir très régulièrement réveiller votre eVic (par 5 clics) entre deux bouffées, ce qui devient assez rapidement exaspérant. Utilisez la sélection « exit » pour revenir au menu précédent.

Le second réglage concerne le choix entre le mode volt et le mode watt. On y accède dans le menu en sélectionnant « Vapor set » puis « Switch ». En mode VV , il vous faudra ajuster la tension en fonction de la résistance du consommable utilisé. En mode VW, une fois le niveau idéal de puissance trouvé , l’eVic déterminera le voltage équivalent quelque soit le consommable utilisé. Dans certaines limites, nous y reviendront.

Les autres fonctions que l’on peut trouver dans le menu permettent de personnaliser votre mod (votre nom, prénom, age…) , d’accéder à diverses informations (affichage de la résistance, du numéro de série du mod, de la version du firmware…) ou d’effectuer quelques paramétrages secondaires (seuil de l’alarme de température, réglages de la date et de l’heure, gestion du compteur de bouffées, sélection de la capacité de la batterie…).

La navigation dans le menu est un peu déconcertante au début, mais avec un peu de patience et de dextérité, on s’habitue au maniement de la bague et du switch pour accéder aux différentes fonctions.

Pour achever la mise en service, on peut connecter son eVic à son PC, iPhone ou iPad grâce à la connectique USB,  qui permet d’une part les mises à jour du firmware de la tête de contrôle, mais aussi la collecte et l’analyse des données de votre façon de vapoter. Il faut avoir au préalable téléchargé et installé le logiciel MVR de Joyetech, ainsi que la dernière version du firmware. Il est à noter que ce dernier doit être décompressé dans le répertoire « HEX » situé dans le dossier « My Vapor record » de votre PC, iPhone ou iPad avant d’effectuer une mise à jour.

A l’usage

Léger, l’eVic est plutôt agréable en main. L’écran est superbe et parfaitement lisible, du moins à condition d’être en intérieur. Il mériterait d’être personnalisable dans le choix des indications affichées sur l’écran principal, pour indiquer l’heure ou la mesure de la résistance à la place du compteur de bouffées par exemple. Il est possible de remplacer le tube de la batterie par celui de la batterie eGo-T 2200/2600 de Joyetech qui est compatible et disponible en plusieurs couleurs. De même, certains sites proposent déjà des tubes dans des formats différents (18650, 18500 et 18350) qui rendent l’Evic modulable.

Le principal point fort de ce Mod est incontestablement la possibilité d’effectuer des mises à jour distantes, qui permettent de corriger ou d’améliorer l’eVic, du moins pour sa composante software. Une particularité déjà mise à l’épreuve puisque qu’une première mise à jour du firmware (1.1) est déjà disponible sur le site du fabricant.

Parmi les nouveautés, la possibilité d’ajuster la puissance (en watts) depuis l’écran principal, ce qui n’était pas le cas précédemment, ainsi qu’une détection en temps réel de la résistance du consommable utilisé avec l’eVic. Plus important, Joyetech prend acte dans cette mise à jour 1.1 que son Mod ne peut atteindre les 15 watts annoncés initialement, comme cela avait déjà été constaté par de nombreux utilisateurs de la première version. En conséquence, le réglage de la  puissance de l’eVic a été réduite à un maximum de 11 watts (pour un minimum de 2). Cette plage s’ajuste en fonction du niveau de résistance de l’atomiseur ou du clearomiseur utilisé : de 3.7 à 10 watts pour une résistance à 2.5 ohms par exemple.

Cumulée au voltage maximum de l’eVic (5 volts), cette limitation réduit dans les faits le choix des consommables utilisables de façon optimale avec ce Mod. Ainsi les cartomiseurs/clearomiseurs de type Dual Coil (ou Single Coil inférieurs à 2.0 ohms et supérieurs à 3.0 ohms) sont hélas actuellement très sous performants avec l’eVic. A l’inverse, un Vivi Nova à 2.4 ohms donne des résultats très satisfaisants. Joyetech aurait été bien avisé de sortir conjointement un nouveau consommable compatible et/ou dédié.

L’eVic est néanmoins incontestablement un premier pas dans la bonne direction vers une plus grande personnalisation de notre expérience de vapote. Et il est fort probable que le fabricant aura à coeur d’améliorer son premier Mod, ne serait ce que par des mises à jour distantes régulières. Après tout, l’eVic a été conçu pour ça. A voir dans le temps comment Joyetech en fera usage pour optimiser cet eVic.

eVic de Joyetech. 99 € le coffret complet.

Ecrire un commentaire

  

  

  

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>