La cigarette électronique ne cesse d’attirer de nouveaux amateurs. Cette industrie qui devient de plus en plus puissante n’est pourtant pas encore un lobby. Pour le moment, l’influence de la cig élec sur les gouvernements demeure faible.

La naissance et la progression de l’industrie de la vape

La cigarette électronique est apparue pour la première fois en 2003 par le biais d’un ancien pharmacien chinois du nom de Hon Lik. Ce dernier est d’ailleurs considéré comme l’inventeur de la cigarette électronique. Toutefois, c’est en 2005 que la demande de brevet de la première ecig a été officiellement déposée.

Après son entrée sur le marché, l’inhalateur électronique de nicotine a connu une progression fulgurante. L’OMS a même indiqué dans l’un de ses rapports la présence de 500 marques de cigarette électronique sur le marché mondial.

Cela peut s’expliquer par l’efficacité de la vapoteuse comme moyen de sevrage tabagique. En effet, l’ecig se présente comme une alternative moins toxique aux produits résultants du tabac classique. Ces derniers tuent près de 8 millions de personnes dans le monde chaque année.

L’industrie de la vape a-t-elle évolué au point de devenir un lobby ?

Bien qu’ayant marqué le marché international pendant plus de 10 ans, la descente aux enfers de la cigarette électronique a été brusque. En effet, cela a commencé par un rapport publié début août 2019 par l’OMS. Dans ce document, l’Organisation mondiale de la santé indique que l’e-cig est « incontestablement nocive et devant faire l’objet de régulation ».

Il est important de préciser que cette affirmation ne vient pas d’études scientifiques. En effet, ces allégations sont au contraire une manifestation d’autres lobbys anti-vape. Ces organisations font pression sur les grandes structures comme l’OMS.

La position de l’organisation de la santé par rapport à l’ecig n’a donc pas raison d’être. Pour défendre l’e-cigarette, de nombreuses entreprises sont montées au créneau.

Ces entreprises ont indiqué les bienfaits de l’équipement de vape. En précisant l’absence de substances chimiques cancérigènes et toxiques qui sont présentes dans la fumée du tabac comme le monoxyde de carbone.

Ces tentatives de défense de la cigarette 2.0 ne se sont pas réalisées sous un lobby. En effet, il s’agit d’initiatives individuelles, toutefois, au fil du temps des organisations pour défendre la vape voient le jour.

Comme indiqué plus haut, ces structures ne sont pas vraiment organisées au sein d’un lobby. Néanmoins, il ne fait aucun doute qu’avec le temps, un lobby défendant la cigarette 2.0 pourrait voir le jour.

La ecig a-t-elle une chance de faire pression sur nos gouvernements ?

À l’heure actuelle, l’industrie de la vape ne fait pas pression sur les gouvernements. Cela peut s’expliquer par différents facteurs. D’abord, il faut se rappeler que le secteur de la vape est encore jeune comparativement à d’autres domaines.

De plus, la cigarette électronique effraie les géants du tabac. Ces derniers font tout leur possible pour réduire l’influence de la cig élec sur les autorités dirigeantes. C’est pour cette raison qu’on peut voir des pays dans lesquels le tabac est autorisé, mais la cigarette électronique reste interdite.

Toutes ces limites ne découragent quand même pas les acteurs du monde de la vape. La détermination des acteurs de la vape peut s’expliquer par l’efficacité de la vapoteuse.

Peu à peu, de nombreux gouvernements commencent à reconnaitre l’efficacité de la cigarette électronique pour lutter contre le tabagisme. Il ne fait donc aucun doute que la vapoteuse a de beaux jours devant elle. Dans un futur proche, l’e-cigarette pourrait prendre une place importante et faire pression sur les autorités. Pour l’heure, l’industrie de la vape n’est pas un lobby. Toutefois, il y a de fortes chances de voir la situation s’inverser. L’ecig pourrait donc devenir puissante et faire pression sur les gouvernements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *